White shirt, blue jean

Un Lundi sur Paris en bonne compagnie.

Pensant ne pas shooter, car météo France m’a dit que la pluie ne serait pas de mise et bien et un coup bim !

Un rayon de soleil et c’est reparti pour un tour, juste le temps de retirer ce satané masque qui me pourri la vie.

Comment se passe ce milieu de printemps pour vous ?

Moi je m’imagine, mille et unes tenues que je pourrais vous présenter ici et là, mais le temps, oui ce fameux n’est pas toujours disponible pour immortaliser de beaux clichés.

À 8h il fait gris, à 10h le soleil est à son zénith et malheureusement à 12h ça la bruine qui prend place.

Une temps vraiment schizophrene.

Mais bon on s’adapte pas le choix.

À très vite.

Régine

Le printemps à Paris

Bonjour à tous,

Que c’est agréable de retrouver Paris sous le soleil, mais attention, comme le dicton le dit si bien, “au mois d’avril, ne te découvre pas d’un fil, et au mois de mais fait ce qu’il te plaît”

J’avoue que cette fin d’avril est bien ensoleillé mais la petite brise qui la suit n’est pas des plus agréable d’ailleurs de là où je vous écrit, j’ai les yeux rouge et le nez qui coule.

Donc la semaine prochaine, on tâchera de faire ce qu’il nous plaît.

Enfin si le “coco” décide enfin de nous lâcher les baskets.

Tout va bien.

Bonjour à tous,

Suite à mon post précédent, relatif au Goumin, Goumin, je conclu ici aujourd’hui.

Cela fait quatre ans jours pour jours maintenant et depuis, pas mal de choses se sont passés, la vie a suivie son cours.

Je me perds souvent à imaginer comment serait ma vie dans 1an.

Et bien il y a un an, et jusqu’à aujourd’hui, je poursuis et tâche d’atteindre mon accomplissement personnel.

C’est à dire, vivre pour moi même, mes enfants, et ainsi créer notre propre bonheur avant de pouvoir rendre heureux un futur amoureux .

Très bon conseil d’une amie qui, à l’époque, m’a été d’un grand soutien, je la remercie d’ailleurs au passage, parce que je sais qu’elle me suit avec attention.

Pour vous dire vrai, je ne garde pas du tout un goût amer de cette période difficile de ma vie (cette fameuse rupture) ) et aujourd’hui, ma conclusion est la suivante.

J’ai vécu ce qu’il était prévu de vivre avec cette personne et ça s’est arrêté au moment qu’il était prévu que ça s’arrête.

Il n’est pas bon de forcer les choses, car la nature elle même s’en charge et remet toujours les pendules à l’heure.

Donc n’ayez pas peur du lendemain. Moi même, j’ai peur du changement, mais parfois il est nécessaire.

Et comme vous pouvez le voir sur les photos qui illustrent ce post, je continue mon petit bonhomme de chemin en marchant fièrement la tête haute.

À bientôt pour de nouveaux récits.

Régine

Goumin, Goumin

En nouchi, (Argo ivoirien) on appel Goumin Goumin le chagrin d’amour.

On a toutes fait l’experience un jour.

Personnellement j’ai connu 1 vrai Goumin dans ma vie, c’est celui du divorce.

Eh oui, malheureusement pour mes enfants ou heureusement pour moi.

Je pourrais en écrire un livre ou mieux encore, en faire une super production hollywoodienne que j’appellerai “1 mariage, 2 enfants un Pervers et un divorce” car j’ai eu affaire à la doublure de Denzel Washington ! Et là je vous parle bien de talent d’artiste et non de ressemblance hein voilà !

Vous savez ce genre de personne qui vous promet la lune et qui au final, vous servent l’enfer sur un plateau satanique , c’est bien ce que j’ai vécu ces trois dernières années pour faire court.

J’ai cru que le sol s’écoulait sous mes pieds, j’en ai passé des après-midis entiers à me lamenter, (parce que le matin j’allais au taff quand même) après quelqu’un qui…. Bref dans ces moments, on a l’impression que notre vie va prendre fin ahaha.

Parce que quand vous traversez ce long chemin du goumin, goumin c’est après quelques mois de marche, que vous,vous rendez compte que sous vos pieds tout est bien ferme et bien solide. On ne dure jamais trop longtemps dans un mauvais rêve, n’est ce pas?

Vous m’auriez dit ça il y a trois ans, je vous aurez surement étouffé avec un coussin ou je vous aurez dit, que moi c’est différent bla bla bla… Et pourtant aujourd’hui je suis de ceux qui disent “life goes on”, “on ne fait pas du neuf avec du vieux” ahahah je me fait même rire moi même.

Alors après tout ça, vous rencontrez le pire des tocards qui lui arrive sur son grand et beau cheval blanc, et qui pense qu’il pourra vous sauvez la vie, alors que lui n’a même pas de quoi se nourrir, tout se qu’il a à vous offrir, ce sont les plaisirs charnels, ou alors un grec sans frites chez le Turc du coin. Et même ça, il ne vous le donne qu’un fois tout les cent ans !

Bon je stoppe ce petit récit ici, pour vous faire un part 2, dès que possible.

À très vite.

Ma semaine à NEW YORK

Hello les confinés,

Pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux savent qu’en Aôut dernier j’ai voyagé sur le big apple.

C’était génial et inoubliable, ce n’était pas la première fois mais au moins la douze ou treizième fois que je m’y rendais mais depuis un très long moment je n’y était pas retourné, donc ma vision de la ville a évolué, puisque moi aussi j’ai évolué, dans ma vie, j’ai pris de l’âge et donc forcément je vois désormais les choses autrement.

COMMENT JE ME SUIS ORGANISÉ ?

Sur un coup de tête, mes congés étaient posés au niveau de mon travail, seul restait à trouver une destination.

Au départ je pensais à Zanzibar en Tanzanie mais n’ayant qu’une semaine à disposition, j’ai trouvé que ce round-trip serait trop express sachant que je j’envisageais aussi de visiter la capitale (Dar Es Salam).

Et puis finalement j’ai pensé à ma ville de Cœur, cette ville que j’ai visité pour la première fois en solo à l’âge de 19 ans NEW YORK CITY.

MON VOL

Pour ce voyage, étant donné que je voyageais seule, j’ai voulu prendre une compagnie nationale, sure et sans trop de tracas pour les bagages.

La compagnie qui correspondait le plus à mes besoins niveau prix et bagages, et situation géographique pour l’aéroport d’arrivée,c’est Aer Lingus (compagnie Irlandaise). Une escale à Dublin, et cerise sur le gâteau, contrôle des autorités américaines une bonne fois pour toute et puis c’est tout. Ainsi à l’arrivée aux États-unis, pas de queue interminables pour passer les autorités.

Le choix de l’aéroport ou je devais attérir était très important, en effet, tout le monde connais le fameux et grandiose JFK airport, mais hônetement celui ci ne m’arrangeais pas du tout car situé dans le Queens, je devais me taper 45 minutes de navette ne serait ce que pour rejoindre la station de métro, pour ensuite me farcir 1h30 de trajet jusqu’à destination, vous voyez un peu. L’aéroport de Newark Liberty est beaucoup plus pratique je trouve.

Dans le New Jersey certe, mais à 20 minutes en train (New Jersey Transit) de Manhattan, un gain de temps non négligeable.

L’HEBERGEMENT

Billet pris j’allait maintenant à la croisade de recherche d’hôtels ! Sachant que New York est excessivement cher pour ce loger…

Perso, je ne me voyais pas dormir dans une auberge de jeunesse, à partager un dortoir avec des gens donc je ne connais point l’hygiène, ah ça non! je n’ai plus l’âge. Je l’ai fait des millions de fois il y a bien longtemps mais ca, c’était avant.

Les Airbnb ouais bof bof, moi j’aime bien mon petit confort, être en vacances, partir et revenir dans une chambre propre, avec des draps frais et bien tendus.

J’ai quand même checké pour voir mais rien à faire New York c’est un délire. Et puis vivre chez quelqu’un Hummmm..

J’avais déjà délimité la zone où je souhaitais loger,c’était sur je voulais être à Brooklyn, et finalement, mon choix c’est arrêté sur un charmant hôtel du Sympathique quartier de Williamsburg, oui parce que Brooklyn c’est Brooklyn et que j’adore!(Logement trouvé sur Booking.com)

MON BUDGET

Est ce qu’à New york on peux réellement établir un budget? Non mais sérieux??? beaucoup trop de tentation.

Bon commençons par le transport.

Une semaine de transport m’a coûté 33 Dollars, pour une parisienne comme moi, c’est évidement cher quand on vois qu’à Paris c’est 22,80e pour la même période, mais ça on ne s’en rend pas compte quand on débarque on est tellement content d’être sur la big apple que bon..

Ensuite il ya la nourriture, qui n’est pas forcément “heathly” mais qui n’est pas chère (Et tout de même bonne) du tout donc ça va, et puis on marche tellement à new york que parfois au détour d’une balade ou d’une visite, on en oublie parfois le déjeuner on regarde sa montre et il est déjà 16/17h.

Néanmoins, j’ai apprécié mes brunchs chez IHOP, Mes déjeuners chez SHAKE SHACK, POPEYE, LA CHINESE FOOD XXL, et mon FOOD TRUCK HALAL au pied de mon hôtel etc… qui ne m’ont pas déséquilibré mon budget.

LE SHOPPING

Evidement j’en ai fait, j’ai même perdu le contrôle, de ma carte visa, mais bon j’avais prévu le coup et surtout j’ai bossé dur pour m’offrir ce voyage donc pourquoi se priver hein!

À New York le shopping n’est plus ce qu’il était il y a quelques années mais j’ai quand même fait de bonnes affaires et notamment pour mes filles.

Cela dit j’ai plus plaisir à en faire à londres même si la monnaie n’est pas du tout la même ahaha.

Ce qui m’a agréablement surprise, c’est de voir que comparé aux nombreuses fois ou j’ai séjourné à New York, j’ai remarqué que les gens étaient moins gros, et tout cela grâce à Madame Obama qui, quand elle étant encore au pouvoir, avait lancé un campagne de lutte contre l’obeisité et je dois dire que ça à bien pris, je ne vous dit pas que les gens sont désormais mince mais j’ai remarqué ce petit changement qui pour moi est une grande avancé pour les Etats-unis car c’est quand même le pays n°1 de la mal bouffe.

En conclusion, j’ai apprécié ce voyage solo et quelle belles retrouvailles avec ma ville de coeur.

Je pense déjà à mon prochain voyage et bien sur je vous en ferait part ici même.

À très vite.

Régine